One Day Conference – Seeing Politics through Intermediation and Intermediaries

Standard

After a challenging year, our conference was on standby for quite some time, but the date has been decided, it will be on 27th November. Given the circumstances, it will be online. See directions at the end of the post to get access to the event.

This study-day is about exploring the conceptual expanse of intermediation at local, national and international scales. The neo-liberal transformation of regimes of accumulation greatly affected the arrangement of political and state power (Jessop, 2007), functional logics of political actors, governance mechanisms and international diplomacy. Simultaneously, the type of competencies demanded in these fields also adapted to this new configuration. In the process, forms, meanings, and roles of intermediaries morphed into a mass of actors ranging from individuals (brokers, patrons, fixers) to NGOs (national and transnational) and Think-Tanks to nation-states. In this study-day, researchers will present their work about envisioning intermediation, not as a peripheral activity but something that connects different fields and scales of socio-political activity together. The sinews of intermediation connect the citizens with the state, policies with governments, ideas with political imaginaries and fields of domestic policy and politics with international diplomacy and migration management.

Please find the program attached below

REGISTRATION:

Please email this address to get the link to the event: intermediation2019@gmail.com

More info: http://ceias.ehess.fr/index.php?5249

Robocops, flowers & stones

Standard
Visit our new project HERE

After half a century of the Prague Spring and May 68 in France, last year saw the emergence of a new wave of global protest against the establishment. Gilets Jaunes in France, young pro-democrats in Hong Kong, indigenous people in Ecuador, the urban poor in Chile, and many other social movements around the world triggered a global political upheaval whose consequences are still unknown. The COVID-19 pandemic slowed this movement, but police abuses and crimes in the United States that followed protests within the Black Lives Matter movement and other related events in France and elsewhere in the world, as well as the acute, unprecedented economic crisis resulting from the global blockade, have rekindled the wave of violence and protest. Although their context, causes, and objectives may differ from one movement to another, one factor common to all of them was the brutal and disproportionate repression applied by the police or other armed forces against civilians. This repression, made possible by an increasingly sophisticated infrastructure and technology of repression, contrasts with the effectivity and simplicity of a thrown stone, the beauty of a flower in the barrel of a gun, or the power of two threatening naked breasts fighting the patriarchal system we live in. Although innovation and creativity are always at hand in the lines of the demonstrators, their tools, instruments, strategies, and weapons remain more or less the same (how many times have the stones in our streets been removed to be thrown to the public forces and replaced by them in the same street?). Conversely, police and state coercive forces are always acquiring new equipment, weaponry, and technological devices to better contain citizen protests. The latest global protest showed a plethora of new technologies deployed to repress, hurt, and frighten as many citizens as possible. This project was originally conceived as a “real world” exhibition made of images, artifacts, and other objects that would show the evolution of both: the technologies of repression and the arts of protest and resistance in different times and parts of the world. Given the current context, we present here only the first step of the research process behind the original exhibition project that resulted in a website containing a database of descriptions and images of the entire history of demonstrations, protests and strikes around the world recorded on Wikipedia. The website allows one to navigate in time and space to find information and images about each of these events and can be used for further exploration and research. The main idea is that this online device allows an approach to the globality of these events. The next steps of this project include the development of an image recognition tool to identify repression and protest technologies within other image databases and build a “real world” exhibition with the objects and artifacts identified through this process.

Why the protest and the answer to it?

On the one hand, the objective of the coercive forces of the states has always been legitimized by the urgent preservation of social order. To fulfill the exercise of this prerogative, these forces have permanently used up technology. On the other hand, the unusual and intense nature of social conflicts and their accelerated evolution has also been linked to the urgency of social collectives to legitimize their demands through their increasingly perspicacious actions. If, on one side, the police and military forces have made effective use of technical progress to be efficient, on the other side, social collectives have exacerbated the acute capacities of imagination and emotion beyond the need of appealing the benefits of technological modernization. While the intervention of violence has been regular in containing protests, it has not always been so in the way of demonstrating. This opposition between one side and the other, however, has kept the conflict alive, which is inherent to the existence of the democratic regimes through which the world currently flows. The motto “It is better to have a conflict with freedom than to have order without it “shows the essential regulatory function that conflict fulfills in society. As the essence of politics and a universal phenomenon, conflict throughout the history of humanity has allowed us to see the acute antagonism between the strategies, maneuvers, and cunning of the multitudes on the one hand, and the rigidity of the despotic model of power on the other.

The variety of the nature of protests across history is infinite as are the ways in which protest operates. A retrospective journey through time allows us to notice this diversity. For example, in 1159 B.C., the first workers’ strike in history was recorded in Egypt under the reign of Ramses III. A breach of the monthly payment by the tomb diggers, the most significant working class in Egypt in that period, caused their discomfort and decided to break into the inner rooms of the king’s palace armed with sticks and stones in a way of protest, then blocked the access to the royal valley preventing the flow of food for the royal family. The police forces of the time, which had been created to solve only domestic problems which until then had not been turned into collective protests, were clearly disconcerted and unwise.  These events forced them to develop new techniques of containment and coercion that they would apply in future attempts at uprising. In today’s tumultuous world, we have witnessed over the past 50 years countless protests in pursuit of demands, sometimes more general, bringing together various social groups, sometimes very specific representing the demands of very particular sectors of society. Two features are characteristic of all of these protests, the first being their global nature. We see them happening in all regions of the world. The other is their temporality, they have been permanent. Since May 1968 we have witnessed, if not uniform, a long-lasting cycle of protests around the world. Protest has become a way of demonstrating, and even more, of speaking and expressing. The recent protests in the United States and in other parts of the world since the death of Georges Floyd have led to the emergence of an unprecedented claim against the very institution of the police. The incandescent arrogance of the police institutions to contain the discontent of the crowds seems to have exceeded the limits. A large part of the current protests, in addition to having social demands at their core, seek to denounce the irrational use of violence by those forces. To a large extent, such excessive use of force is facilitated by the deployment of increasingly modern and invasive technological devices. A number of defense equipment are put into practice every day, these include uniforms with thermal visors for night time, the implementation of facial recognition technologies and other biometric features, the use of robots and drones of various types, as well as the massive extraction of personal information from protesters for subsequent monitoring and harassment.

How to look at the evolution of the protest and its response?

In the turbulent historical journey of the protests, the record that the internet allows access to, is astounding. On the one hand, it is amazing because the number of protests registered is enormous, but on the other hand, it is also amazing the diversity of the reasons for protest. Of course, the means of protest are also infinite in that they include an enormous diversity of repertoires and strategies. If seeing this diversity from the simple textual register is already unexpected, it is even more so when we begin to delve into the depths of the graphic registers. We have been surprised to find images, for example, of a protest whose symbol has a Pinocchio with no strings of control demanding justice, or within the same protest collection a Mickey with evident signs of anger to expose the dissatisfaction of Disney animators already in the 1940s. In that process of review, iconic images such as that of the lone protestor in front of several tanks in the middle of Tiananmen Square in 1989, emblematically called “tank man”, are but a few testimonies to the record of protest throughout history.

What we have set out to do is, by using technology to look precisely at the technological developments of protest and repression, to explore the plurality of expressions available on the Internet on this matter. Our interest lies in the possibility of looking, on the one hand, at the globality of these events and the actions carried out by their actors, but at the same time, at the extent of their geographical existence and their varied interpretation. Analyzing history from the Internet is not an individual task as it has been commonly done by major historians. Wikipedia, for example, perhaps the most widely used encyclopedia in the world, currently has more than 20 million articles, all of them collaborative. Beyond inquiring into the limitations and inaccuracy of many of its contributions, we know that the logic of such a resource contributes towards a dispersed production of knowledge. On Wikipedia, but also in the nebula in which big data operates, each contribution expresses an interest in some aspect from some particular place on the planet. These collaborative devices, we believe, contribute to the de-centering of thought and accentuate the need to see phenomena on a global scale. The project presented here shows graphically the points where protest events have occurred worldwide. In order to give it a historical sense, it seeks to locate these events over time. This allows us to see their repetitions, their concurrences, and differences. The objective is to encourage debate on the spatiality and temporality of protest and the use of technological devices in it. Having a series of events, presented graphically, will allow, if it is the case, to explore in-depth any of those events.

Atelier Doctoral

Standard

Machines et potentiels

Pour la première séance de cette année de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous ferons une introduction générale à l’atelier et nous discuterons discuterons la présentation de Pierre PROUTEAU (Doctorant en anthropologie à l’EHESS/CASE et à l’Université Paris-Nanterre/LESC)

Date: jeudi 14 novembre 2019, 15h – 17h

Adresse: Campus Condorcet, Bat. Recherche Sud, salle 0.031, Aubervilliers

Machines et potentiels – le sound system comme dispositif de décentrement et  de positionnement en Thaïlande (en France) et dans le monde

Par Pierre PROUTEAU (Doctorant en anthropologie à l’EHESS/CASE et à l’Université Paris-Nanterre/LESC)

En m’interrogeant sur la place du son amplifié et collectif en Thaïlande – ce que j’appelle sound system, khruang siaeng en Thaï – je commence à m’interroger sur sa place en France. Quel est le potentiel du sound system ? Que fait-il en Thaïlande qu’il pourrait faire en France ? En Thaïlande, il me semble depuis, en fait très longtemps, on cherche à (s’)amplifier, à impressionner perceptivement et esthétiquement, à prendre le pouvoir par les sons et le sens, oralisés, sonorisés, rendus attractifs empruntant à toutes les palettes de l’humain, des plus physiques aux plus métaphysiques, en passant par toutes les émotions, de l‘impact à la caresse, en passant par la révélation. Il existe des armes pour cela et le sound system en est une. Rien de bien particulier à cela, peut-être, mais c’est la Thaïlande qui me l’a appris et ces aspects me semblent y être exacerbés dans beaucoup de contextes.     Le sound system a cette particularité que ses composants peuvent être combinés à l’infini, et surtout multipliés à l’infini, et qu’il peut amplifier et rendre ubique n’importe quel son. Y a-t-il donc une limite au nombre d’enceintes que l’on peut combiner – en fait jusqu’où cela peut-il aller ? Par rapport à ce potentiel, je reviens encore une fois à cette question qui me taraude ; celle de l’engagement. Mais où, en Thaïlande ? En France ? à l’Université ou au dehors ? Très humblement, et en guise de dernière question ; quels pourraient-être les rôles possibles de l’anthropologie, de la musique et du son ? Pour cette mise au point, je propose donc beaucoup d’interrogations sur mon sujet, et sur moi en tant que sujet, dans le cadre d’une immersion aboutie, d’un parcours bientôt en suspension – thèse en cours/fin de rédaction – et enfin quelques pistes et perspectives à discuter. Des écoutes de nombreux enregistrements audios viendront nourrir et illustrer la réflexion.

More info

Call for papers – One day Conference

Standard

Seeing Politics through Intermediation and Intermediaries

13 December 2019

Paris, EHESS

This one day conference proposes to look at politics through the lens of political intermediaries and what they do, i.e. intermediation. Intermediaries can be defined as an assorted group of actors (political brokers, political parties, interest groups, movements) who acts as a hinge between two or more levels, actors or social institutions; while intermediation, as a process, encompasses all the mediations that these actors perform in order to keep the political system intact (Zaremberg, Guarneros-Meza, and Lavalle 2017; Gunther, Puhle, and Montero 2007; Kitschelt 2004; Smith 2007). The question we are interested in relates to the transformations in the roles of these agents and processes of mediation since the neo-liberal transformation has engulfed the processes of public policy formulation, contestation, and enactment.

We want to knit the streams of inquiries around three main themes, namely a) Practices, Forms and Ends of intermediations b) Means and Rationalities of Intermediation c) Intermediation looking for a Comparative Framework. Contributions are welcome on any or all of these themes and sub-themes.

Theme 1 # Practices, Actors and Ends of intermediations

Public policy in its formulation and implementation is a hotly contested subject. Intermediaries mediate all these contestations in different fields and sectors.  These acts and practices of intermediation are diverse, multilevel, multiform and so are the actors engaged in them. Just to mention South Asian literature, brokerage, fixing and clientelism are described as forms of intermediation (Reddy and Haragopal 1985; Inbanathan 2003; Berenschot 2010, 2011; Manor 2000). Similarly, the practices of interest groups in Brussels can also be treated as intermediation (Smith 2007; Bernhagen and Rose 2010) while local community organizations are seen as involved in intermediation in Latin America (Zaremberg, Guarneros-Meza, and Lavalle 2017).

Why is the presence of such actors increasing? Some authors consider poverty, patronage informality and inequality as contributing factors (Chandra 2004; Mohmand 2008; Kitschelt and Wilkinson 2007). However, increasingly informality (a character of patronage democracies) is also noted in so-called advanced democracies (Jaffe and Koster 2019; Bernhagen and Rose 2010). Some have argued that neo-liberal governmentalization might have increased the need and utility for intermediaries (Corbridge et al. 2005; Sending and Neumann 2006).

But what ends these actors serve? They effectively shape governance (Blundo and Meur 2008; Inbanathan 2003); develop forms of accountability and citizenship (Berenschot 2019); and colonize the enactment of public policy (Harriss-White 2003). Again, the multiplicity of ends correlates with their modes of engagement.

Contributions empirically dealing with these (or similar) questions/themes are welcome here:

  • Studying political change through intermediaries
  • Locality, social power and political intermediaries the interrelations
  • Policy, politics, public delivery and multiple roles that intermediaries perform at different scales of these processes.

Theme 2 # Meanings of Intermediation and Rationalities of Intermediaries

Here we seek to stimulate proposals that analyze the meanings and rationalities involved in the diversity of existing mediations. These meanings and rationalities are often used by the agents of mediation to legitimize a given social order. Mediation processes, although they include forms of adaptability of the mediators to diverse situations, are also determined by the contents at stake in this mediation. These contents may refer, for example, to the use of changing identities that intermediaries assume to connect different cultural realities. Such connections, as shown by historical studies, may seek to make visible certain sections of society in the national reality (Guerrero 1997); or they may serve for the construction of emerging identities to reconcile contradictory interests (Yannakakis 2008). The senses and rationalities of which we speak can also be expressed in particular forms of ritual expression that include normative roles of patronage both divine and human and that serve as vehicles of mediation between different fragments of society, for instance, linking the profane with the sacred (Manglos 2011; Piliavsky 2015).

Other forms of mediation, very recurrent in the present time, are those that include diverse aesthetic manifestations that exalt the popular culture. These aesthetic expressions, administered by specific brokers, are functional to the maintenance of one or another social structure where the use of specific forms and styles to represent cultural forms are at stake (Kurin 1997; Braester 2005; Jaffe 2012). By constructing a dynamic idea of what memory is, events and political processes of the past are continuously being used as the raw material of mediation between despaired identities. In this context, we can also consider history as the content of cultural mediation (Shaw 2002; Nugent 2008).

Proposals derived from empirical analysis on the following topics will be welcomed in this theme:

  • What symbolic and cultural resources do intermediaries use to connect different social realities?
  • What imaginaries (secular, religious) they create/produce while engaged in mediation?
  • Dynamic and multilocal identities of intermediaries
  • Polymorphous and localized meanings attached to practices of mediations

Theme 3 # Looking for a Comparative Framework

As we have discussed above, similar processes are evidently present across all cultural and political divides. Anthropologists (Lindquist 2015) and political scientists (Hilgers 2011) have a long history of engagement with such concepts and themes we call intermediation (Wolf 1966; Geertz 1960; Eisenstadt and Roniger 1980). The multiplicity of these actors and their roles asks for an encompassing theoretical approach and develop methodological tools to contribute to the studies of intermediation and intermediaries.

Proposals seeking to answer the following questions are welcome:

  • Can there be a synthetic interdisciplinary framework to conceptualize and theorize these processes (intermediation) in a comparative manner?
  • Political intermediation and political representation, looking for a synthesis?
  • Brokerage, clientelism and patronage, what could interdisciplinary approaches offer to reduce conceptual overstretching and overlapping?
  • How could Intermediation be useful in comprehending the diffused nature of political mobilization, representation and institution building?

Deadlines

Interested Ph.D. candidates, postdoctoral fellows or scholars are invited to submit an abstract of a maximum of 500 words in English or French to intermediation2019@gmail.com by September 15th, 2019. Successful applicants will be informed by October 20th. Final papers of a maximum of 8 000 words should be submitted by November 8th.

Organizing Committee:

  • Asad Ur Rehman – Doctoral Candidate CEIAS, EHESS
  • José Egas – Doctoral Candidate CEIAS, EHESS
  • Kamran Kumbher – Doctoral Candidate CEIAS, EHESS

With the support of:

  • Doctorat – Territoires, sociétés, développement – EHESS
  • Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) 
  • Association Divergence

Bibliography

Berenschot, Ward. 2010. “Everyday Mediation: The Politics of Public Service Delivery in Gujarat, India.” Development and Change 41 (5): 883–905.

———. 2011. “Political Fixers and the Rise of Hindu Nationalism in Gujarat, India: Lubricating a Patronage Democracy.” South Asia: Journal of South Asian Studies 34 (3): 382–401.

———. 2019. “Informal Democratization: Brokers, Access to Public Services and Democratic Accountability in Indonesia and India.” Democratization 26 (2): 208–224.

Bernhagen, Patrick, and Richard Rose. 2010. “European Interest Intermediation vs. Representation of European Citizens.” In University of Aberdeen, En: V Conferencia Paneuropea de Política de La UE, Portugal, 3. Citeseer.

Blundo, Giorgio, and Pierre-Yves Le Meur. 2008. “Introduction An Anthropology Of Everyday Governance: Collective Service Delivery And Subject-Making.” The Governance of Daily Life in Africa, November, 1–38. https://doi.org/10.1163/ej.9789004171282.i-347.6.

Braester, Yomi. 2005. “Chinese Cinema in the Age of Advertisement: The Filmmaker as a Cultural Broker.” The China Quarterly 183 (September): 549–64. https://doi.org/10.1017/S0305741005000354.

Chandra, Kanchan. 2004. WHY ETHNIC PARTIES SUCCEED Patronage and Ethnic Head Counts in INdia. Cambridge University Press.

Corbridge, Stuart, Glyn Williams, Manoj Srivastava, and René Véron. 2005. Seeing the State: Governance and Governmentality in India. Vol. 10. Cambridge University Press.

Eisenstadt, Shmuel Noah, and Louis Roniger. 1980. “Patron—Client Relations as a Model of Structuring Social Exchange.” Comparative Studies in Society and History 22 (1): 42–77.

Geertz, Clifford. 1960. “The Javanese Kijaji: The Changing Role of a Cultural Broker.” Comparative Studies in Society and History 2 (2): 228–249.

Guerrero, Andres. 1997. “The Construction of a Ventriloquist’s Image: Liberal Discourse and the ‘Miserable Indian Race’ in Late 19th-Century Ecuador.” Journal of Latin American Studies 29 (3): 555–90.

Gunther, Richard, Hans-Jürgen Puhle, and José R. Montero. 2007. Democracy, Intermediation, and Voting on Four Continents. Oxford University Press.

Harriss-White, Barbara. 2003. India Working: Essays on Society and Economy. Cambridge University Press.

Hilgers, Tina. 2011. “Clientelism and Conceptual Stretching: Differentiating among Concepts and among Analytical Levels.” Theory and Society 40 (5): 567–588.

Inbanathan, Anand. 2003. “Fixers, Patronage,‘Fixing’, and Local Governance in Karnataka.” Sociological Bulletin 52 (2): 164–186.

Jaffe, Rivke. 2012. “The Popular Culture of Illegality: Crime and the Politics of Aesthetics in Urban Jamaica.” Anthropological Quarterly 85 (1): 79–102.

Jaffe, Rivke, and Martijn Koster. 2019. “The Myth of Formality in the Global North: Informality-as-Innovation in Dutch Governance.” International Journal of Urban and Regional Research.

Kitschelt, Herbert. 2004. “Parties and Political Intermediation.” In The Blackwell Companion to Political Sociology, 149.

Kitschelt, Herbert, and Steven I Wilkinson. 2007. “Citizen-Politician Linkages: An Introduction.” Patrons, Clients, and Policies: Patterns of Democratic Accountability and Political Competition, 1–49.

Kurin, Richard. 1997. Reflections of a Culture Broker: A View From the Smithsonian. 1st edition. Washington, D.C: Smithsonian Institution Press.

Lindquist, Johan. 2015. “Brokers and Brokerage, Anthropology Of.” In International Encyclopedia of Social and Behavioral Science, 2nd ed. Amsterdam: Elsevier.

Manglos, Nicolette. 2011. “Brokerage in the Sacred Sphere: Religious Leaders as Community Problem Solvers in Rural Malawi1.” Sociological Forum 26 (2): 334–55. https://doi.org/10.1111/j.1573-7861.2011.01243.x.

Manor, James. 2000. “Small-Time Political Fixers in India’s States:” Towel over Armpit”.” Asian Survey 40 (5): 816–835.

Mohmand, Shandana Khan. 2008. “Local Government Reforms in Pakistan: Strengthening Social Capital or Rolling Back the State?” In Local Democracy in South Asia: Microprocesses of Democratization in Nepal and Its Neighbours, edited by Krishna Hachhethu David Gellner, 380–415. Sage Publications.

Nugent, Paul. 2008. “Putting the History Back into Ethnicity: Enslavement, Religion, and Cultural Brokerage in the Construction of Mandinka/Jola and Ewe/Agotime Identities in West Africa, c. 1650–1930.” Comparative Studies in Society and History 50 (4): 920–48. https://doi.org/10.1017/S001041750800039X.

Piliavsky, Anastasia. 2015. “Patronage and Community in a Society of Thieves.” Contributions to Indian Sociology 49 (2): 135–61. https://doi.org/10.1177/0069966715578046.

Reddy, G. Ram, and Gudavarthy Haragopal. 1985. “The Pyraveekar:” The Fixer” in Rural India.” Asian Survey 25 (11): 1148–1162.

Sending, Ole Jacob, and Iver B. Neumann. 2006. “Governance to Governmentality: Analyzing NGOs, States, and Power.” International Studies Quarterly 50 (3): 651–672.

Shaw, Rosalind. 2002. Memories of the Slave Trade: Ritual and the Historical Imagination in Sierra Leone. 1 edition. Chicago: University of Chicago Press.

Smith, Andy. 2007. “Interest Intermediation.” In , edited by Mark Bevir. Sage Publications Ltd.

Wolf, Eric R. 1966. “Kinship, Friendship, and Patron-Client Relations in Complex Societies.” Edited by Micahel Banton. The Social Anthropology of Complex Societies, 1–22.

Yannakakis, Yanna. 2008. The Art of Being In-between: Native Intermediaries, Indian Identity, and Local Rule in Colonial Oaxaca. Durham: Duke University Press Books.

Zaremberg, G, V Guarneros-Meza, and AG Lavalle, eds. 2017. Intermediation and Representation in Latin America: Actors and Roles Beyond Elections. Palgrave Macmillan.

Atelier doctoral

Standard

Circulations de savoirs et mobilités professionnelles depuis et vers l’Afrique de l’Ouest

Pour la huitième et dernière séance de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous discuterons les présentations de Hélène QUASHIE (IMAF) et Christelle HOUNSOU(URMIS)

Adresse: EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris (salle A06_51)

Date: jeudi 13 juin 2019, entre 15h – 17h

La blanchité vue du “Sud” : un impensé dans la construction des savoirs. Exemples anthropologiques dans l’étude des mobilités et migrations du «Nord » vers le Sénégal

Par Hélène QUASHIE (Docteure en anthropologie sociale / Institut des Mondes Africains)

Cette présentation s’appuie sur plusieurs enquêtes socio-anthropologiques au Sénégal, poursuivies depuis ma recherche doctorale. Elles concernent des mobilités et migrations à rebours de celles plus souvent étudiées. Le Sénégal attire en effet plusieurs catégories de résidents en provenance d’Europe et d’Amérique du Nord, dans des contextes de tourisme résidentiel, d’entrepreneuriat économique, de mobilité pour étude ou d’expatriation professionnelle. Ces contextes sociaux sont propices à l’analyse de l’articulation des variables de classe et de race/ethnicité, voire de genre, et permettent une appréhension renouvelée de la « blanchité ». Entendue comme construction sociale, son analyse etic née des whiteness studies américaines vise à déconstruire la catégorie « blanc », à dénaturaliser les privilèges qui lui sont associés et à décrire autrement les constructions des frontières sociales entre groupes. Plus récemment interrogée dans les sociétés européennes, au regard des stigmatisations dont les migrants venus du « Sud » et leurs descendants font l’objet, la «blanchité » reste sociologiquement conçue comme une caractéristique ignorée des acteurs auxquels elle se réfère, ce qui renforce son poids dans la reproduction des inégalités et de leur racialisation. Elle apparait aussi dans des travaux qui étudient des migrations occidentales vers l’Asie, l’Amérique du Sud, et récemment le Moyen Orient. Toutefois, ils tendent à peu interroger la conception emic de la « blanchité » dans les sociétés d’installation. Or au Sénégal, comme ailleurs en Afrique, la labellisation locale d’un individu en tant que « blanc » révèle des imaginaires postcoloniaux et des enjeux socio-politiques et économiques globalisés, au-delà des représentations du marqueur chromatique. La notion de « blanchité » est mobilisée par les acteurs sociaux et imbriquée aux modes de stratification et de hiérarchie de classes. Elle désigne des styles de vie, des pratiques et privilèges et peut concerner tant des résidents venus du « Nord» (occidentaux ou africains) que des nationaux, selon des modes de distinction sociale, économique et politique et des classifications religieuses et ethniques. Prendre en compte les déclinaisons emic de la «blanchité » peut ainsi éclairer sous un jour nouveau des frontières sociales et identitaires que soulignent et/ou renforcent les processus migratoires.

Mobilités internationales de médecins originaires d’Afrique de l’Ouest francophone

Par Christelle HOUNSOU (Docteure en sociologie de l’Unité de Recherche Migrations Sociétés )

En France, l’exercice de la médecine est principalement régi par l’article L.4111-1 du code de la santé publique relatif aux conditions cumulatives de nationalité du praticien (ressortissant d’un Etat membre de l’Union européenne ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen), de nationalité et de date de délivrance du diplôme d’Etat de docteur en médecine, et d’inscription au tableau d’un conseil départemental de l’Ordre des médecins.  Or, et c’est un cas original dans le monde occidental, l’Etat français a lui-même transgressé le monopole dont bénéficient les médecins français et à diplôme français (européens et à diplôme européen) sur le marché du travail médical en France, en organisant le recrutement par les hôpitaux publics de « non autorisés ». C’étaient des médecins étrangers et/ ou à diplôme étranger, « non inscrits » au tableau de l’Ordre des médecins, venant majoritairement des territoires anciennement colonisés par la France en Afrique (Algérie, Maroc, Tunisie, Madagascar, Sénégal) mais aussi de Cuba, du Liban, de la Syrie, du Maroc, de la Roumanie et de la Bulgarie (la Roumanie et la Bulgarie ne font alors pas encore partie de l’Union Européenne). Les établissements hospitaliers les ont de plus en plus recrutés, particulièrement avec l’accélération à partir des années 1980 (Molinié, 2005) des restructurations orientées vers la réduction des dépenses de santé que connaît le système hospitalier en France. Au milieu des années 1990, la problématique des Padhue, les Praticiens à diplôme hors Union européenne, émerge dans le débat public. Il s’agit de médecins, mais aussi de pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes ou d’infirmiers, tous des personnels étrangers et/ou à diplôme étranger hors Union européenne, exerçant un métier de soignant fermé aux étrangers en France recrutés par les hôpitaux publics. Ils travaillent selon le statut de faisant fonction d’interne, et les statuts dédiés d’assistant associé et de praticien associé. Mais le recours à ce personnel est devenu quelque peu hors contrôle, mais surtout il se fait dans des conditions plus ou moins illégales dont se rend complice l’Etat lui-même en tant qu’employeur, ce à travers les hôpitaux publics. Ce dernier tente alors une première fois d’interdire le recrutement de Padhue. Il rencontre aussi bien l’opposition des praticiens qui pour certains travaillent en France depuis plus de 10 ans, que celle des hôpitaux qui ne peuvent pas se passer d’eux. Suivront alors une longue période de réaménagement du recours français aux praticiens étrangers. Il a consisté simultanément : 1) à organiser la résorption de la population des Padhue par la mise en place de procédures de reconnaissance 2) à remplacer les Padhue par des médecins européens (par exemple + 650% de médecins roumains inscrits à l’Ordre des médecins entre 2007 et 2017) à la faveur des règles de libre circulation de travailleurs entre les Etats de l’UE 3) à réduire drastiquement des flux migratoires de praticiens hors UE arrivant en France et à empêcher leur installation, notamment par la mise en place d’une législation extrêmement sélective et bureaucratisée de la circulation des médecins étrangers hors UE en formation de spécialité.

Mon propos ici porte sur les effets imputables au 1), c’est-à-dire que les procédures de reconnaissance en s’accumulant, les conditions de l’exercice les accompagnant, ont produit, reproduisent et confortent des marges d’appartenance à la profession médicale. Les médecins sont alors des outsiders à plus d’un titre : étrangers, racisés, diplômés à l’étranger. L’idée ici est que les marges ne sont pas des espaces de relégation. Au contraire, ceux qui y sont cantonnés pour un temps limité peuvent y élaborer des stratégies d’intégration au groupe reconnu. Ils peuvent y trouver des ressources de légitimation face aux institutions. La communication se situe principalement du point de vue de ces praticiens à diplôme étranger. Afin de s’insérer dans la société d’accueil, ils investissent dans leur métier, le prestige de la profession médicale apportant une reconnaissance sociale qu’il s’agit de traduire en reconnaissance professionnelle (c’est-à dire par les pairs et l’Etat) Ainsi, être Padhue est théoriquement une condition «professionnelle » transitoire en attendant d’obtenir le droit à un plein exercice. Immigré et en même temps migrant hautement qualifié, praticien sous tutelle, professionnel et étudiants… Toute l’expérience migratoire des médecins étrangers et/ou à diplôme étranger semble inscrite dans les marges qu’ils composent et décomposent, avec lesquelles et dans lesquelles ils composent. Une première partie présentera le propos général de ma thèse et le cas d’étude les médecins originaires d’Afrique de l’Ouest (MoAO), sur lesquels je vais m’appuyer. Le deuxième temps de la communication montrera que d’une certainement manière, les MoAO profitent de la gestion par l’exception qui leur est appliquée pour s’installer durablement en France. Le troisième temps sera consacré à mettre l’accent sur les stratégies d’intégration par la conformation à un ethos de la profession inscrit dans la compétition et la méritocratie.

More info

Atelier doctoral

Standard

Regards post-socialistes sur la politique et l’altérité

Pour la septième séance de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous discuterons les présentations de Yunyun ZHOU (Chine) et Oxana GILYUK (Russie )

Adresse: EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris (salle A06_51)

Date: jeudi 9 mai 2019, entre 15h – 17h

De l’« imaginaire » au social : la formation des représentations de l’Occident chez les Russes nés en 1980-1990

Par Oxana Gilyuk (Docteure en sociologie / Centre Maurice Halbwach)

Cette intervention s’appuie sur les résultats d’une enquête par entretiens, menée dans le cadre de ma thèse en sociologie qui porte sur la migration étudiante des Russes vers la France. Mon objectif ici est de mettre en évidence que le rapport des Russes, ou d’autres populations, envers l’Occident est socialement construit, à savoir représente le résultat d’un apprentissage – nommée dans ma thèse « la socialisation à l’étranger occidental » – qui se met en place très tôt dans la biographie individuelle et dans lequel les institutions familiale et scolaire participent. Dans ce but, je suggérerai, dans un premier temps, la nécessité d’abandonner les termes comme « imaginaire » ou « illusion » que beaucoup de chercheurs évoquent pour rendre compte de l’acte de migrer, ainsi que l’importance de restituer le processus de la formation des représentations à de petites échelles de la vie sociale. Dans un deuxième temps, je tenterai de montrer, à partir des informations qu’offrent mes interviewés, quels sont les participants, les lieux et les mécanismes de la socialisation à l’étranger. Tout au long de mon intervention, je soulignerai le caractère non intentionnel et transversal de ce processus : à l’instar de la socialisation genrée ou politique, la socialisation à l’étranger ne se fait pas obligatoirement de façon préméditée et n’est pas isolée d’autres apprentissages sociaux. Au final, pour acquérir des représentations de l’Occident, voire l’incorporer, nul besoin de faire des choses particulières ou de se rendre dans des endroits spéciaux ; il suffit d’être socialisé tout simplement, en tant que membre de la société. De surcroît, une fois commencée, la socialisation à l’étranger se poursuit, et les produits des apprentissages les plus précoces ne sont pas forcément détruits par des apprentissages plus récents.

La représentation politique de qui ? Femmes cadres du parti communiste et gouvernance locale dans la Chine post-socialiste

Par Yunyun ZHOU (Doctorante Université d’Oxford / CRESPPA)

Dans l’histoire du monde, les relations entre «Femmes» et «États» traversent souvent une longue et pénible évolution: de l’antithèse des unes aux autres à la coercition unidirectionnelle des femmes par l’État et, par la suite, elles finissent par devenir deux politiques interdépendantes. catégories. Alors que les théories sur la participation et la représentation politiques des femmes dans les démocraties libérales ont été largement développées au cours des dernières décennies, peu de travaux scientifiques ont développé le statut politique des femmes au sein des partis léninistes et des États autoritaires. Ma thèse de doctorat a pour objectif de présenter l’histoire vivante de «cadres femmes communistes» occupant des postes de responsabilité dans la politique locale contemporaine de la Chine et leurs relations dialectiques avec le parti-État. À travers la révélation des récits de vie moins connus de cette collectivité politique particulière, mes recherches visent à découvrir la relation dialectique à plusieurs niveaux entre individus, collectivités et États du parti, qui implique à la fois discipline et résistance, incarnation et aliénation. À travers la révélation de ces histoires hautement individualisées, sexospécifiques et politisées, cette recherche élargit la théorisation existante sur la relation État-société et revisite les limites des théories classiques de la représentation politique dans des contextes non démocratiques.

More info

Atelier doctoral

Standard

Mémoire et identité coloniales et postcoloniales

Pour la sixième séance de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous discuterons les présentations de Clémence Léobal (Docteure Iris/EHESS) et Flora Losch (Doctorante CAK/EHESS)

Date: jeudi 11 avril 2019, entre 15h – 17h

Adresse: EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris (salle A06_51)

L’expérience du décentrement en Outre-Mer: regards bushinengués sur les politiques de logement françaises en Guyane

Par Clémence Léobal (Docteure en sociologie, Iris/EHESS)

Cette communication analyse les rapports sociaux de classe, race et nationalité qui sont à l’œuvre dans les situations de démolition ou de logement en Guyane, à partir des résultats d’une thèse soutenue en 2017 sur le sujet. J’analyse notamment la façon dont les habitants bushinengués catégorisent les agents de l’État (et l’enquêtrice) à l’aune d’une analyse des catégories locales de la blancheur. Alors que la catégorie de « weti » désigne la couleur blanche, celle de « bakaa » renvoie directement à un rapport de domination ancré dans les rapports de classe et de race issus de l’histoire esclavagiste pan-caribéenne. Ces catégories sont mobilisées de manière diverses lors des négociations autour du délogement ou du logement social.

Cette recherche est centrée sur le point de vue des habitants sur les interactions avec les agents de l’État. Elle s’inscrit dans la discussion sur l’État et sur les politiques, dans la continuité des travaux de Timothy Mitchell : l’État est inséré dans les relations sociales, et incarné par des agents. Enfin, elle contribue à une discussion sur le concept de racialisation, inspirée par le travail pionner de Collette Guillaumin qui invite à spécifier le majoritaire, c’est-à-dire le Blanc. Ce travail est une proposition ancrée dans une méthodologie ethnographique : le regard des minorisés, en prenant une place centrale, permet de spécifier la blancheur.

2018 : « La blancheur bakaa, une majorité bien spécifique : race, classe et ethnicité dans les situations de démolition à Saint-Laurent-du-Maroni, Guyane », Asylon(s).Digitales 15, février 2018.

Diffuser et régner ? Circulations des savoirs et technologies audiovisuelles et dé/re-compositions de l’espace impérial en Afrique de l’Ouest (c. 1955-)

Par Flora Losch (Doctorante CAK/EHESS)

Les télévisions nationales ouest-africaines ont souvent été présentées comme de simples prothèses occidentales produits du transfert. A partir de ma recherche doctorale, je m’attacherai à montrer qu’au contraire, elles sont le produit d’une histoire circulatoire bien plus que le résultat d’imports. Créées après les indépendances de 1960, alors que les Etats désormais souverains sur le plan international coopéraient encore étroitement avec l’ancienne administration coloniale, mais tissaient dans le même temps de nouveaux réseaux en contexte de Guerre froide, leur mise sur pied a en effet impliqué une multitude de mouvements, humains et non-humains (professionnels en formation et formateurs, parcs d’émetteurs-récepteurs, appareils d’enregistrement et de lecture, langues et programmes). En suivant dans le temps et l’espace deux entités intangibles, une forme organisationnelle et une technologie (deux tentatives de fixer et standardiser), je montrerai que les savoirs et les techniques de la télévision n’ont pu être simplement « diffusés, » mais qu’ils sont à l’inverse le produit d’un processus incrémental fait d’allers et retours – et que la télévision, pour pouvoir devenir une technologie globale, a d’abord dû prendre localement dans des modalités propres.

More info

Atelier doctoral

Standard

Circulations scientifiques et gestion de l’environnent en Amazonie et en Arctique

Pour la cinquième séance de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous discuterons les présentations de Nathalia Capellini et de Sophie Duveau

Date: 14 mars 2019 entre 15h – 17h

Adresse: EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris (salle A06_51)

Savoirs et pratiques sur la gestion environnementale dans la construction de barrages à l’Amazonie Brésilienne : quelles circulations globales ? 

Par Nathalia Capellini (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’Université de Versailles SQY – Paris Saclay) .

Le vingtième siècle a connu une croissance exponentielle de la construction de grands barrages et leur prolifération dans le monde entier. Pendant ce temps, les barrages sont devenus plus hauts, les réservoirs plus grands et les travaux nécessaires pour compléter ces infrastructures ont impliqués de interventions de plus en plus radicales sur les paysages et l’hydrologie. Cette expansion n’a pas été un processus sans controverse. Au fur et à mesure que les barrages se déployaient, en nombre et dans l’espace, le récit d’un progrès sans fin (et inoffensif) pour tous devenait de plus en plus contesté. Avec des résultats très mitigés, l’industrie des barrages a progressivement intégrée les critiques et a adopté un vaste ensemble de directives, pratiques et réglementations à son activité.  Comment et par quels moyens la contestation est traitée par le secteur des grands barrages ? Quelles circulations des savoirs, pratiques et réglementation sont à l’œuvre? Quels sont les acteurs de ce débat et où se situent-ils ? En effet ce processus a impliqué un large nombre d’acteurs, individuels ou institutionnels, issus de différents secteurs de la société. Cette présentation a comme but d’éclairer cette dynamique, pour enrichir la narrative sur la gouvernance globale de l’environnement.

Les scientifiques et les autres lors d’une expédition polaire: une hiérarchie des savoirs ?

Par Sophie Duveau ( Centre Alexandre Koyré – CNRS/EHESS/MNHN)

Prolongeant le grand partage entre modernité et tradition, nous et les autres, la figure actuelle du scientifique exclut une quantité de pratiques et de discours, en particulier les savoirs que portent sur eux-mêmes les acteurs. Savoirs émiques, traditionnels, profanes, populaires, locaux ou encore autochtones : les termes pour les qualifier abondent et entrent en contradiction avec l’idéologie de la science. Quel statut décidons-nous de donner aux savoirs qui se développent en marge de nos institutions ; en dehors des frontières académiques ? Devons-nous les disqualifier parce qu’ils présentent un aspect utilitaire, les ignorer parce qu’ils sont particuliers ou produits par des « non spécialistes » ? À partir de nos propres travaux, nous nous proposons d’ouvrir une réflexion conceptuelle sur la science ainsi que sur les enjeux méthodologiques d’une histoire sociale des sciences à parts égales. Nous tenterons de réhabiliter la diversité des cultures épistémiques en montrant comment éventuellement se nourrissent les savoirs d’acteurs aux différents statuts lors d’une expédition polaire. Il s’agira en somme d’étendre l’approche du relativisme culturel, ainsi que sa méthode du décentrement, à l’objet que constitue l’epistêmê.

More info

Atelier doctoral

Standard

Regards décentrés sur la santé mentale

Pour la quatrième séance de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous discuterons les présentations de Priscila Farfan Barroso (Brésil) et de Magnifique Neza (Rwanda)

Date: 14 février 2019 entre 15h – 17h

Adresse: EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris (salle A06_51)

France / Brésil : Les enjeux d’une comparaison dans la recherche sur les politiques publiques à destination des toxicomanes

Par Priscila Farfan Barroso (UFRGS – Brésil/Cermes3).

Ma recherche doctorale porte sur la mobilisation politique des communautés thérapeutiques au Brésil, qui sont une des composantes de l’offre de santé du Système Unique de Santé (SUS) aux personnes toxicomanes. Les données collectées proviennent des acteurs et des institutions de l’état du Rio Grande do Sul qui participent aux discussions concernant les politiques publiques à destination des toxicomanes, en particulier les fédérations de communautés thérapeutiques, le Conseil de politiques publiques sur les drogues et le Secrétariat d’État de la santé du Rio Grande do Sul. Cette communication vise d’abord présenter mon expérience en France, notamment les discussions plus ou moins formelles au sujet de ma thèse que j’ai eues avec des étudiants et des enseignants, lors de rendez-vous, de colloques, ou de séminaires. La communication examinera ensuite les spécificités et les dimensions socio-structurelles des enjeux de la drogue comme problème de santé publique au Brésil et en France. J’espère ainsi rendre compte des différences et des similitudes entre les situations brésilienne et française analysant, en particulier, les relations entre les religions et l’État, les cartographies des services de santé, et les politiques publiques à destination des toxicomanes dans les deux pays.

La folie des massacres: Enquête ethnographique sur la santé mentale au Rwanda après le génocide perpétré contre les Tutsi en 1994

Par Magnifique Neza (EHESS/ Cespra)

More info