Session 4

Page

Imaginaires et discours du politique : entre localité et mondialité

Pour la quatrième séance de l’Atelier doctoral “Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques“, nous discuterons les présentations de Alan Sanchez  (Mexique) et  Ailin Nacucchio (Argentine)

Date: 3 mai 2018 entre 15h – 17h

Adresse: EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris (salle A05_51)

Tourisme de rivage et conflits locaux à la Côte d’Azur (France) et à la Côte Pacifique (Mexique)

Par Alan SANCHEZ (Université Rennes 2)

L’industrie du tourisme de masse part d’une logique économique non-périphérique, pour revenir vers les périphéries (les plages, régions-villes côtières, le « Sud ») de l’Amérique Latine et même de la Méditerranée, en cherchant à renouveler son imaginaire et à prouver les nouvelles formules marchandes labélisées. Néanmoins, cette forme de commercialisation cache des ruptures au sein des localités : crise d’identité, perte d’authenticité, gentrification et dévastation écologique. A travers 4 études de cas, nous allons essayer de comprendre les modèles du tourisme et leurs impacts. Concernant Nice et Marseille, on se consacrera à l’analyse des conflits socioculturels entre communautés locales (militants occitans, artistes, associations) et sur les promoteurs des labels : Côte d’Azur, EuroMéditerranée et MP13-Capitale Européenne de la Culture ; et dans la région du Golfe de Californie, on réfléchira sur les modèles de développement et de consommation du « nord » et sur la défense des communautés, des collectifs et ONG’s régionales contre la déprédation des écosystèmes côtiers.

Caractériser un cas d’étude à partir d’un cadre de recherche polycentrique: les discours de la nouvelle droite en Amérique latine

Par Ailin Nacucchio (Pars 3-Sorbonne Nouvelle)

À partir de ma recherche doctorale sur la temporalité dans le discours en tant qu’élément du positionnement politique, je propose quelques réflexions sur la manière de caractériser une conjoncture politique. Dans le cadre des sciences du langage, j’analyse certaines coordonnées problématiques du discours de la nouvelle droite en Amérique latine qui soulèvent plusieurs questions comme: qu’est-ce que la droite ? Quels sont ses principaux traits ? Si c’est par opposition à la gauche, comment est celle-ci décrite ? Pourquoi cette droite est-elle nouvelle ? Or, au fur et à mesure que j’avance dans la recherche et que j’entame des dialogues avec les divers acteurs du champ académique, d’autres coordonnées contraignent potentiellement la portée de l’analyse : démocratie et dictature, populisme, gouvernement et opposition. Dans cet atelier, je voudrais réfléchir sur la définition de ces catégories en rapport à la constitution de mon propre regard en tant que chercheuse native de l’Amérique latine (aux curiosités intellectuelles nées et développées là-bas) venu s’installer (et se légitimer en tant que chercheuse) en France.

More info